• Une brève histoire de notre temps

    Le travail, le temps, l'argent et le consumérisme.

     

    L'argent c'est ce qui permet d'acheter le temps des autres et de les soumettre.

    Il faut prendre conscience qu'un tel engrenage, ne peut laisser de place à rien d'autre. C'est un rouleau compresseur qui défit l'intégrité de toutes les nations. Malgré leurs cultures différentes, leurs traditions, leurs priorités éducatives, ce rouleau compresseur aplatit, lisse ces différences, et fait de ces nations qui possèdent pourtant une identité propre, des sortes de clones, reposants sur des socles fragiles mais unis dans un désir aveugle d'émancipation qui passe par le pouvoir de consommer.

    Cette émancipation, si elle peut recouvrir sous certains aspects un progrès, n'en est pas moins une régression.

    Dans le grand concert de l’Évolution, la seule chose qui ait évolué c'est le miroir contenant le reflet de la technologie qui est l'économie. L'une est une aptitude à comprendre son environnement et d'en dégager des applications, l'autre est un moyen absolu de tenter de rentabiliser cette aptitude, c'est à dire de la privatiser de facto.

    C'est rendre, ce que devrait être "le Progrès", complexe et impossible à interprété pour le plus grand nombre tout en rendant les gens dépendant de son utilisation. C'est de faire croire au gens que le progrès social passe nécessairement par le progrès technologique et donc économique. Quitte à leur forcer la main.

    Il convient de dire qu'au delà d'une consommation raisonnée, il est plus rentable d'engendrer une surconsommation débridée même si cela n'a aucun sens et s'accompagne même d'une certaine perversité. Ensuite de tenir des discours moralisateurs, sur l'incapacité des gens à contrôler leurs dépenses, à consommer raisonnablement. Il suffit de vérifier l’incapacité des parents à faire passer des messages de bon sens à leurs enfants quand la société dans laquelle ils vivent encourage le remplacement et donc les déchets par l'obsolescence programmée.

    Créer du jetable, créer du remplaçable. C'est créer de l'argent jetable.

    L'argent est fait pour être, surtout pour les plus pauvres d'entre nous, les moutons, d'abord insuffisant et donc dépensé rapidement. D'autres, les bergers,  très privilégiés, qui ne trouvent pas les moyens de le dépenser totalement, épargnent beaucoup, le gagne en travaillant beaucoup moins qu'ils ne spéculent et se payent le luxe de décider du Droit et du Devoir à travers les Hauts Focntionnaires qu'ils positionnent sur l'échiquier politique. Nous sommes autant esclave de la manière dont on gagne cet argent, que de la manière dont on le dépense.

    Si nous en sommes conscient. Il va falloir que ça change... ou pas.

    Voici une vidéo qui évoque la relation entre le travail, le temps, l'argent et le consumérisme.

     

    L'histoire des choses 1

    A méditer...

    « Souveraineté... pour combien de temps encore ?Ce qui dévore la planète et ses habitants »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :