• Faiblesse du libre arbitre

    Dans son évolution, l'Homme a toujours cherché à comprendre les mécanismes de l'esprit, du cerveau, du psychisme.


    Même si certaines subtilités lui échappe encore, l'humanité a trouvé dans une matière comme la psychologie, le moyen d’ouvrir de nombreuses portes, voir d'en enfoncer, comme avec l'hypnose, la suggestion, la fascination.

    L’Homme à donc expérimenté beaucoup pour comprendre, d'abord sur les animaux, puis sur les mammifères plus proches de nous et enfin sur lui même.

    Que faire de la somme de toutes ses expériences sur l'étude comportementale ?

    D'abord des brevets certainement, car il est rare que la science soit au service de l'humanité toute entière.

    Lorsque l'on a mis en évidence, la valse des sentiments et des émotions, le rapport à soi, aux autres, au collectif, à l'autorité directe ou indirecte, le rapport à l'environnement, le sien et celui des autres, la force de la suggestion directe ou indirecte, l'activation des sens et les processus de réponses au touché, à la lumière, aux sons, aux odeurs, au goût, aux fréquences hertziennes, aux drogues... on passe à la pratique.

    Parce que de l'étude à la pratique, il n'y a qu'un pas, certainement militaire. Au départ il s'agit surement d'influencer, à peine, le combattant, pour le délivrer de ses appréhensions face au danger, de ses aprioris sur la cause qu'il est censé soutenir et sur ses propres actes qu'il va commettre par patriotisme, mais aussi de son rapport à l'autorité, sans faille, religieuse.

    Tout ceci passant par ce que l'on appel plus vulgairement, le conditionnement.

    Et parce que tout ce qui peut être stratégique nécessite d'être contrôlé dans une forme d'efficacité redoutable, ce qui est bon pour l'armée devient bon pour la société civile, le monde politique, la société de consommation, l'éducation. Ainsi, le conditionnement, l'utilisation de la propagande, trouvent des opportunités d'utilisation partout et à grand renfort de psy-programmeurs, dans touts les états de conscience et d'inconscience.

    Question... Jusqu'à quel point sommes nous influençables, programmables ?

      

    Exemple de conformisme très amusant, pour se mettre en appétit... avant de noircir la démonstration.


     

     SOCIÉTÉ - L'expérience d'Asch


     

    Et est-ce que c'est grave docteur ?

    ... peut-être.

     Mr Mondialisation Suis-Je l'esclave ? ...Oui !


     

     L'expérience de Stanford de Philip Zimbardo


     ... parce que cela signifie que nous ne sommes pas libres.

     

    Ah bon ? on le sait.

    Et bien si on le sait, faudrait peut-être que ça change... non !? 


     

    Le jeu de la mort - depuis l'expérience de Milgram


     

    « Ce qui dévore la planète et ses habitantsEt l'Homme créa l'argent »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    2
    Mercredi 28 Décembre 2011 à 16:05

    Très intéressant comme réflexion. Le titre "Le libre arbitre existe-t-il dans l'ignorance la plus totale" c'est déjà tout un Programme.

    Le défit, selon nous, n'est pas tant de savoir si nous possédons ou pouvons exercer notre libre arbitre que de savoir qui utilise les sciences et leurs dogmes afin de déformer, orienter, ou nous priver d'une liberté de jugements qui pourraient être surement plus adéquates dans la construction des individus et des Peuples.

    Qui s'emploie à remplacer la liberté par des règles et des lois toujours plus asservissantes ?

    1
    Mardi 27 Décembre 2011 à 03:48
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :